Le féminin sacré… Oh la la, on lit ce terme absolument partout en ce moment. Cela dit, quand on veut se documenter, c’est un tout petit peu compliqué, tellement les sources sont variées. Josée-Anne Sarazin-Côté a relevé le défi.

Et ce féminin sacré nous a beaucoup plu. Parce que d’abord, le livre est beau. Ce qui est peut être un argument et une bonne raison de s’en méfier à la fois ! Combien de magnifiques coquilles vides dans les rayons développement personnel des librairies ? Et combien d’ouvrages d’apparence obscure ou austères qui s’avèrent être de véritables pépites ?

Le féminin sacré, c’est beau !

Oui mais la base de la base en marketing, c’est que, apparemment, les femmes aiment les beaux objets et les beaux ouvrages. Dont acte. Une bonne taille, presque comme un grimoire (l’autrice est un peu sorcière), des couleurs, des photos lumineuses et chaleureuses de Bianca des Jardins ainsi que de très belles illustrations de Mama Yaga, une maquette sobre mais inventive. On est vraiment dans le bel ouvrage.

Il est divisé en quatre parties. Mais si nous commencions par vous présenter l’autrice ? Josée-Anne Sarazin-Côté est Québecoise. Et elle vit actuellement une sorte de seconde vie. Un séjour au Nicaragua lui a permis de se reconnecter avec son moi profond, d’être à l’écoute de son intuition, de se créer une nouvelle vie. Elle qui était une jeune femme dynamique et ambitieuse, un peu mangée par son travail et par les « contraintes » de notre monde moderne et soit-disant hyper connecté.

Josée-Anne Sarazin-Côté sorcière bienveillante
Josée-Anne Sarazin-Côté aime beaucoup changer la couleur de ses cheveux. Ce joli violet est assorti à la couverture du livre. Et traduit toute la douceur et la bienveillance de son propos. Vous pouvez la suivre sur Instagram et Youtube. Crédit photo : Bianca des Jardins.

Les sorcières bienveillantes

La première partie du livre se penche logiquement sur la genèse de la perte d’une certaine harmonie entre le féminin sacré et la société. Qui est notamment passée par la chasse aux sorcières. Qui n’étaient finalement  » que  » des femmes éveillées et conscientes des mystères de la nature et des secrets de son harmonie avec les humains. Particulièrement avec la gent féminine, par essence plus sensible aux cycles et à l’aspect nourricier et spirituel de la nature.
Pas de Carabosse donc mais des sorcières bienveillantes. Auxquelles l’autrice s’identifie par ses activités, sous son nom et avec sa plateforme OUITCH (la prononciation exacte et francisée sur mot witch, sorcière en anglais).

Le cycle, c’est justement l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage. À commencer par le cycle lunaire, évidemment, et celui de l’année. On vous décrit donc le cycle des saisons, rythmé par des fêtes sacrées basées uniquement sur la nature (solstices, équinoxes, etc). À chaque fête ses rituels et surtout un sens profond, toujours en accord avec la nature. Chacune est expliquée précisément et de façon ultra-pédagogique.

Et puis vient l’incontournable parie sur le cycle menstruel, la féminité par excellence. C’est le moment de se remettre à apprécier ce moment, le plus naturel possible, le plus « pur » possible alors que pour tellement d’individus, hommes et femmes, dans le monde, ce fameux cycle menstruel est tabou, sinon considéré comme l’inverse de la pureté. Ce qui est parfaitement invraisemblable quand on y pense. C’est bien le cycle menstruel, son rythme et son déroulement le plus paisible possible qui est à l’origine de la vie, tout simplement ! En parcourant cette partie, vous trouverez des techniques pour mieux le maîtriser, le respecter et en profiter.

Masculin et féminin sacré perles pierres monts & merveilles
Eh oui, le Masculin sacré est aussi quelque chose dont les femmes doivent prendre soin. Tout est une question d’équilibre, finalement. Photo de l’ouvrage.

L’équilibre des sacrés

Fort logiquement, la troisième partie s’attache à se reconnecter à l’être humain que vous êtes. Dans son intégralité. Autrement dit, il est temps que rééquilibrer votre masculin et votre féminin sacrés. Vaste programme. Certes, mais primordial pour rester sur nos deux pieds d’humains. Dans cette partie, on évoque aussi les légendes de treize déesses qui se sont illustrées de différentes façons, sur divers continents et avec des valeurs différentes. Très instructives petites biographies.

Enfin, la quatrième et dernière partie est consacrée à la description de pratiques de  » guérison « , en tout cas de mieux-être avec son féminin sacré. Le mot  » guérison  » est entre guillemets car la loi française est très précise sur ce point : ce mot est réservé à la médecine. Donc nous parlerons de mieux-être à travers par exemple des cercles de femmes, des mantras et même un rituel de masturbation. Parce que la sexualité fait évidemment partie de la vie, du sacré et que cela demeure un tabou de nos jours. Le rituel décrit s’inspire d’un rite de sexualité sacré autrefois pratiqué par des prêtresses.

Il va sans dire que cet ouvrage très complet – nous n’avons même pas évoqué les textes consacrés à la lithothérapie – et très ouvert vous est chaudement recommandé !

Le grand livre du féminin sacré

recettes sacrées, oracles et tarot, méditations, cristaux par Josée-Anne Sarazin-Côté, éditions Marabout (25 euros).
Photographies signées Bianca Des Jardins et illustrations de Mama Yaga.

Un livre à consulter petit bout par petit bout, et auquel on peut recourir régulièrement. La puissance de sa bienveillance est exceptionnelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici