Après Ostara, ses lapinous et ses oeufs, vient Beltane. La fête du feu, la fête de l’amour. Ouah ! Quel programme, n’est-ce pas ? Elle ne peut être que notre fête traditionnelle préférée. Qu’en dites-vous ? C’est aussi le moment de se pencher sur ces fêtes que d’aucuns ont tenté de faire oublier mais qui ont bien résisté.

La nature est reine

Car oui, toutes ces fêtes dont nous entendons de plus en plus parler, qui correspondent plus ou moins aux fêtes des calendriers monothéistes, sont en fait des célébrations de la nature et de ses cycles. 

L’année se divise en deux périodes : une lumineuse et une sombre, selon le temps où le soleil se montre. Les deux périodes sont également fêtées. Après tout, la nature, pour être exubérante au printemps et à l’été, doit bien se reposer sereinement à l’automne et en hiver. C’est assez logique, tout ça, quand on y pense. Le soleil, la lune, le jour, la nuit, et ainsi de suite.

De façon assez juste, les plus grandes fêtes sont celles placées aux équinoxes et solstices. Yule est ainsi célébrée le 21 décembre, le jour le plus court de l’année dans notre hémisphère. Et très proche du Noël chrétien et du Hanoucca juif (qui dure une semaine).

Le cercle des fêtes celtiques. On l’appelle la roue, depuis la nuit des temps. La roue de l’année. Les mois sont écrits en anglais, mais sur ces noms-là, même si vous n’êtes pas anglophone, c’est plus que compréhensible. À part peut-être August, le mois d’août. Crédit : Ararat.artist.

De l’autre côté, on fête la nuit la plus courte ou le jour le plus long lors de la fête de Litha, le 21 juin. Dans le calendrier, ce solstice correspond à la Saint-Jean, avec ses grands feux de joie, et beaucoup de lumière, et beaucoup d’amour aussi, l’amour familial. On observait souvent un pic de naissances correspondant à cette fameuse fête.

Ne parlons pas de la fête de la musique qui n’a bien entendu rien à voir avec tout ça ! À moins que Jack Lang l’ai fait exprès. C’est peut-être le cas d’ailleurs. Après tout, un ministre de la Culture possède normalement un minimum de… culture.

Aux équinoxes, quand la durée du jour égale celle de la nuit, on retrouve Ostara le 21 mars – la fête qui explique les lapinous et les oeufs à Pâques, qui se dit Easter ou Oster en anglais et allemand, le hasard n’existant pas – et Mabon le 21 septembre, qui passe un peu plus inaperçu.

Ce sont là les deux limites : Ostara marque le début de la période de lumière et Mabon, celle du début de l’obscurité. Enfin, elles sont les fêtes charnières car les jours et les nuits ont la même durée à ces moments-là. De fait, la lumière est véritablement célébrée à Beltane et l’obscurité à Samhain. Parce qu’à ces dates médianes entre équinoxe et solstice, le jour et la nuit ont véritablement affirmé leur différence… de durée en tout cas.

Beltane, par Bélénos !

La plupart des fêtes dont nous parlons se déroulent donc un 21 (équinoxes et solstices) ou un 1er du mois (les autres fêtes). Imbolc se tient le 1er février, Beltane le 1er mai, Lammas le 1er août et Samhain (qui a donné Halloween et la Toussaint) le 1er novembre.

Beltane est une fête celte. Elle fait partie des Fire Festivals, festivals ou fêtes sacrées du feu. Ce sont les quatre nommées plus haut, et Beltane est la première. D’ailleurs, chaque année, Edimbourg, capitale écossaise et hautement celte, la fête avec un Fire Festival. Pour cette année, le Covid est passé par là mais les Écossais résistent et ont mis en place un festival virtuel. Et il y aura quand même du feu ! Rendez-vous ici !

Cette nuit, sur Calton Hill à Edimbourg, ça risque fort d’être moins animé que d’habitude. Espérons que ça ne sera que pour cette année. Ce festival a été réanimé au début des années 80. Crédit photo : DR.

D’ailleurs, oui, Beltane a quelque chose à voir avec le célèbre dieu Bélénos, souvent invoqué dans les aventures d’Astérix. Car ce dieu très beau est souvent assimilé à la jeunesse, au renouveau, à la lumière, au soleil. En un mot, au printemps. Beltane, c’est sa fête à lui ! À lui et à ses divers jumeaux celtes (n’oublions pas que l’ancienne religion gauloise est d’origine celtique) Bil, Beli et le germanique Baldr.

Les feux souvent allumés par des druides à l’époque ou des personnes importantes, sont un hommage à ce dieu, qu’on a ensuite « fondu » avec l’Apollon gréco-romain. On organise des sacrifices d’animaux en son nom. Et la symbolique aidant, on y célèbre de nombreux rites de passages, de l’ombre à la lumière. On fait par exemple traverser la fumée des feux sacrés au bétail, pour le protéger des maladies. 

La fête de l’amour

On parle souvent du printemps, de la montée de la sève, de l’éveil de la nature. C’est aussi le moment où beaucoup d’espèces animales vont s’accoupler. La tradition veut que l’être humain soit en phase avec cette sensualité lors de la fête de Beltane. Autrefois, les feux de joies brillaient jusqu’à l’aube, on portait des masques et… on laissait la nature s’exprimer jusqu’au petit matin, où le rituel consistait à se laver le visage avec la rosée. Poétique, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, ce genre de choses est un peu plus, disons, contrôlé. Mais à l’époque, on choisissait un roi et une reine pour symboliser l’accouplement des dieux. On apportait aussi des petits cadeaux et on chantait car c’était un moment où le royaume des fées s’ouvrait. C’était bien de leur faire plaisir. On dansait aussi autour d’un grand mât, symbole phallique assez limpide. Chacun avait un ruban coloré et l’arbre finissait décoré de cette multitude de couleurs. Ces danses-là existent toujours d’ailleurs.

Cette fête du renouveau est aussi un moment considéré comme propice à l’action. On récolte déjà un peu des intentions et semailles effectuées à Ostara. On est séducteur, frivole, fonceur, finalement assez insouciant car l’obscurité commence seulement à s’effacer durablement. Cette année, l’épidémie de covid empêche un peu cette insouciance et de véritablement fêter Beltane.

Mais que ferez-vous l’année prochaine ? 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est picto512x512-150x150.png.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici