Un petit bout de texte d’un ouvrage de développement personnel historique. « Écoute ton corps » de Lise Bourbeau est sorti pour la première fois en 1987. Autant dire à la Préhistoire du développement personnel. Mais cet ouvrage, qui fait partie des 26 publiés par son autrice, évoque d’abord et avant tout le corps. Selon son titre en tout cas.

Tu es ici sur Terre pour veiller à ta propre évolution et non à celle des autres. Il est donc inutile d’utiliser toutes tes énergies à vouloir juger, diriger et mener la vie de ces derniers. En vérité, tu te retrouves sur Terre uniquement pour toi. 

Lise Bourbeau

De fait, ce corps, c’est tous nos corps. Physique, spirituel, mental, émotionnel. C’est notre personne toute entière. Et cette personne toute entière, si nous en négligeons un de ses corps, partira en sucette à tous les coups. Parce que nous avons besoin d’équilibre avant tout.

Et cette expression, qui pourrait sembler complètement égocentrique, de fait, ne l’est pas du tout. Bien au contraire. Vous imaginez, si tout un chacun pouvait prendre soin de lui ou d’elle, était à l’aise avec tous ses corps, comme la vie serait plus simple ?

Car n’est-ce pas souvent une affaire de domination, de soi-même et des autres, quand quelqu’un ne va pas bien ou se montre agressif ? Ou bien est-ce une affaire d’amour, souvent contrarié ? Envers soi-même et donc les autres ?

La Canadienne Lise Bourbeau est également l’autrice du fameux « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même ». C’est marqué dessus.

« Miroir ! », « c’est celui qui le dit qui l’est » : ces remarques enfantines qui ont souvent pu taper sur le système, qu’en pensons-nous ? N’ont-elles pas un (énorme) fond de vérité ? Envers qui sommes-nous agressives quand nous attaquons l’autre ? Et qui n’avons-nous aucune envie de voir quand nous nous perdons dans notre « souci » de l’autre ? N’est-ce pas là un miroir ?

Observons-nous dans ce miroir : qu’y voyons-nous ? Que nous raconte notre corps ? Nos corps. Sommes-nous satisfaites de ce que nous y constatons ? Bien souvent, la réponse est non. La moindre petite imperfection nous paraît démesurée. Elle nous met de fort méchante humeur. Et qui trinque ?

Retournons au miroir. Cette personne sur ce morceau de verre, est-ce celle que vous voulez être ? Est-ce qu’au moins, nous lui ressemblons un peu ? Non ? Eh bien nous savons ce qu’il nous reste à faire. Déterminer nos objectifs et foncer. Sans ignorer les autres mais sans volonté de les contrôler. Car après tout, est-ce que nous parvenons à nous contrôler, nous-mêmes ? Pas toujours, n’est-ce pas, alors que nous en sommes 100% responsables. Vouloir contrôler les autres, à la lumière de cela, ça ne vous paraît pas totalement vain ? Nos corps nous suffisent. Non ?

Passez une journée lumineuse !

Lise Bourbeau, Écoute ton corps, ton plus grand ami sur la Terre – J’ai Lu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici