Si vous êtes de la génération Club Dorothée, elle a des longs cheveux violets et une robe blanche au décolleté évocateur. C’est son côté demoiselle en détresse. Si vous êtes fan des classiques de la littérature, elle est celle qui murmure à l’oreille du glorieux Ulysse dans l’Iliade et l’Odyssée. Elle, c’est la fabuleuse Athéna. Guerre, sagesse, ruse et victoire au programme.

Est-ce à cause d’une marque de sous-vêtements qui porte son nom que c’est son nom grec plutôt que latin qui est présent dans la société française ? Après tout, on évoque bien plus facilement Jupiter que Zeus en France. Le dieu des dieux sous son nom romain. Mais elle demeure grecque : Athéna plutôt que Minerve. Ou est-ce à cause de cet accessoire pas très sexy pour soutenir les cervicales ?

L’Olympe, la famille

Pour les dieux vénérés dans l’Antiquité ou dans les religions polythéistes en général, l’anthropomorphisme était très prononcé. Donc, comme les humains, ces dieux avaient une famille, des parents, des cousins, des rivalités, etc… Au commencement, chez les Grecs, voici Gaïa, la Terre, nourricière et bienveillante. Elle engendre Ouranos, qui symbolise le Ciel et la Vie, et lui permet de la couvrir toute entière. Elle a beau l’avoir un peu créé, elle ne s’en accouple pas moins avec lui.

Gaïa et Ouranos sont donc les heureux parents de toutes sortes de créatures, dont les Titans et les Cyclopes. L’un d’entre eux (Cronos) émascule son « père », assez peu aimant avec sa progéniture. Il hait ses enfants, les craint et les maintient enfermés au centre de la Terre. On a vu mieux comme méthodes éducatives.

Le sang ainsi versé donne naissance à d’autres êtres fabuleux dont les Géants et une partie des nymphes. Jetées plus loin, dans la mer, ses bourses causent une écume, écrin de la création d’Aphrodite, déesse de l’amour et de la sensualité. De Cronos, uni avec sa soeur Rhéa, naît Zeus, roi des dieux, celui qui avait un éclair en main bien avant Usain Bolt. On ne vous raconte que la généalogie de la branche familiale d’Athéna sinon, ce récit serait sans fin.

athena manga saori saint seiya perles pierres monts et merveilles
Athéna, celle de l’enfance de certaines d’entre nous. Saori, des Chevaliers du Zodiaque, Saint Seiya en version originale. Crédit photo : DR.

Un dieu dont la conception de la fidélité conjugale est toute personnelle, ce Zeus. Uni à sa soeur Héra, il la cocufie de toutes les façons possibles. Y compris avec Métis, une nymphe, déesse de la raison, de la stratégie militaire et de pas mal d’autres choses. Averti que s’il avait un fils, ce serait dangereux pour son trône de roi des dieux, Zeus avale la malheureuse. Sauf que quelques temps plus tard, il est victime de puissantes migraines.

Là-dessus, le récit n’est pas très logique ni chronologique mais la légende dit qu’Héphaestos (le forgeron de l’Olympe, plus connu sous son nom romain, Vulcain) lui fend le crâne pour le libérer de cette souffrance. À la demande de Zeus, notons-le. Et Athéna surgit de ce crâne en armes avec un énorme cri de guerre.

La guerre, la sagesse, la victoire

Athéna est une déesse majeure en tant que fille de Zeus. Elle est aussi un archétype féminin très intéressant. Née sans sa mère mangée par son père, Athéna est née en tenue de guerrière. L’instinct de préservation et de combat « dès le berceau » : la psychanalyse se penche depuis longtemps et avec délectation sur ces familles divines dysfonctionnelles et déjantées et leur signification dans l’inconscient collectif.

Athéna fait partie du trio qui a indirectement provoqué la guerre de Troie avec Aphrodite et Héra. Le pauvre Pâris avait dû choisir quelle déesse était la plus belle entre Aphrodite, Héra et elle, chacune lui offrant un cadeau de son fait. Aphrodite avait gagné la pomme d’or promise à la déesse choisie, Pâris avait enlevé Hélène à son époux Ménélas roi de Sparte et c’est là que tout s’était gâté. 

Notons que la déesse de la guerre, qui avait placé toute sa ruse et sa stratégie en Ulysse roi d’Ithaque, a gagné ce fameux et légendaire affrontement aux côtés de l’armée grecque. Le cheval de Troie, c’était l’idée de son poulain (sic). Autre exemple : elle aide aussi Persée à tuer Méduse et à enfermer sa tête dans un bouclier. Ça ne vous rappelle rien, n’est-ce pas ?

Athéna la patronne

Malgré les circonstances de sa naissance, Athéna est dans les petits papiers de son père. Elle aussi peut lancer du tonnerre, par exemple. Elle tient l’égide (une arme défensive et offensive, qui symbolise la puissance divine). Et elle est invoquée dans toutes les grandes cérémonies et la capitale grecque porte son nom. 

Enfin, la plupart du temps, elle est représentée avec Niké, l’incarnation de la victoire (la petite chose ailée, qui a inspiré le nom d’une marque d’équipements sportifs bien connue). La guerre sans la victoire, c’est moins glorieux. Par contre, même si elle met le jeune et beau Pâris à l’épreuve, on ne connaît pas de vie amoureuse ni sexuelle à Athéna. C’est une déesse vierge, comme sa soeur Artémis, déesse de la chasse et soeur jumelle du dieu du soleil Apollon. 

Sagesse, c’est aussi l’intelligence et l’ingéniosité. Athéna est la divinité invoquée par les artisans et… les agriculteurs. Son faible pour les tisserands est en lien avec le rôle essentiel de ceux-ci dans l’Antiquité, et elle enseigne aux agriculteurs nombre de techniques et leur inspire la création d’outils.

Comme tous les dieux de l’Olympe, Athéna a son caractère. Et sa colère ainsi que sa jalousie sont redoutables, malgré sa sagesse légendaire. La perfection divine n’avait vraiment pas cours dans les religions polythéistes, quelles qu’elles soient ! Cependant, l’indépendance, la force et la férocité d’Athéna en font une figure essentielle du féminin sacré.

statue athena photo athenes guerre perles pierres monts et merveilles
Athéna est toujours représentée armée. Ici, cette statue défend la ville qui porte son nom : Athènes, la capitale grecque. Crédit photo : rabbit75_fot/Adobe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici